Du théâtre, contemporain & engagé

Une scène pour la création émergente

Après avoir présenté au public lors de la première édition une programmation 100% féminine et trois créations contemporaines (Naissance(s) mis en scène par Esther Van Den Driessche avec le collectif Femme Totem, Les Polaroïds de Cendrine mis en scène par Annabelle Simon avec la compagnie LalaSonge, L’Âge Libre mis par Maya Ernest avec la compagnie Avant L’Aube), le Toujours festival réitère le pari d’une sélection résolument moderne et ancrée dans son époque entre génération Y, féminisme, et menace si proche de l’apocalypse. 

23, 24 et 25 août (début de la représentation à 21h00)

La compagnie Zabou Breitman ouvrira le bal avec After The End de Denis Kelly adapté par Antonin Chalon : un thriller psychologique hypnotisant et hyperréaliste. Ce huis clos à l’écriture contemporaine nous plonge dans un bunker souterrain suite à une explosion nucléaire. C’est l’occasion de découvrir un homme et une femme face à l’irruption d’une catastrophe, un dialogue sur le fil entre réel et fiction. 

26, 27 et 28 août (début de la représentation à 21h00)

La Compagnie Avant l’Aube présentera Rien ne saurait me manquer (j’ai découvert Pierre Rabhi sur mon iPhone 7), un cabaret post apocalyptique qui brosse le portrait acide de la génération Y née à la fin des années 80. Ce livre d’image ultra-pop se régale de référence et à la manière d’un zapping saturé de violence, de romance et de perdition.


Un cadre d’exception pour un festival qui permet d’expérimenter, découvrir et performer des textes contemporains en toute liberté ! Sans parler des plaisirs de la table aussi savoureux que surprenants… Que vive longtemps le Toujours festival !

Agathe Charnet, autrice et comédienne


Alors, prêt.e à réserver votre soirée ?